22/12/13

J’écris il est minuit passé, je ne suis pas tellement fatiguée et une partie de moi erre nulle part, emmurée dans un nuage de pâle tristesse. J’écoute des musiques triste qui me font extérioriser tous ces passages de ma vie douloureux qui tels que l’acide me ronge chaque jour. Comme si j’essayais d’exorciser cette pesante tristesse qui a pris possession de moi depuis tant d’années déjà.. Bref si je vous écris ce n’est pas pour écrire un billet à faire pleurer les pierres, étrangement j’ai passé une excellente journée.

 

Je me suis réveillée vers 10h30 après un dur cauchemar et une nuit agitée. Je petit-déjeune et essaie de me réveiller.. Je range un peu, m’amuse avec les enfants, cuisine et propose à ma host d’emmener les filles au cinéma voir la dernière création de Disney FROZEN, un film tout simplement magique ( même vu en Néerlandais langue barbare! ), et elle a accepté. On s’est éclaté et avons passé une superbe après midi malgré le très mauvais temps hivernal.

 

Une fois rentrés, pyjama, soirée tv avec croques monsieur et fruits. Ensuite dodo pour eux.. Moi toujours devant mon pc… 

 

J’ai cette impression de vivre entre deux eaux… Envie à la fois d’exister et de m’effacer en même temps.. C’est comme essayer de s’extirper d’une lourde torpeur qui vous empêche de vous immerger complètement dans la réalité.. C’est dur, triste.. N’en parler à personne car difficile d’expliquer, écrire à un public absent comme écrire à un journal intime.. Lancer un appel puissamment silencieux pour dire ça ne va pas.. ça n’ira jamais… 

 

A qui m’adresser, qui pour me comprendre? Ces jours où il est dur de vivre, dur de réfléchir.. Envie de dormir mais aussi de rester éveillée… Des larmes de détresse coulent sur mes joues déjà marquées par ces sillons humides presque permanents…

 

Joyeuse, Gaie, Emplie de joie de vivre… A l’écoute, La main sur le coeur… Voilà comment on me perçoit plus ou moins.. Quelle caricature, avec ce portrait j’ai l’impression d’être une imposture car en moi tout n’est que calvaire, désastre et cris. Essayez de vous imaginer une terre aride, brûlée, calcinée et où règne une lourdeur étouffante.. Voilà comment je suis à l’intérieur de moi même.. Détruite…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s